En 2014, un plan des paysages terrestres a été réalisé pour permettre aux autorités de mieux gérer et mettre en place leurs actions luttant pour la protection de l’espace protégé des calanques. Aujourd’hui, c’est un plan aquatique qui va être élaboré pour en savoir plus sur l’évolution de l’écosystème maritime.

Quels sont les objectifs de cette action ?

Tout comme la première, il s’agit ici de vraiment prendre en main de façon maîtrisée l’évolution du parc national des calanques. A l’heure actuelle, les seuls tests qui étaient faits étaient réalisés depuis la surface avec seulement une vision globale, mais pas précise.

opération fonds marins calanques

Pour pallier cela, plus de 50 tests seront lancés courant 2018 pour étudier plus en profondeur cet écosystème.

La vision scientifique ne suffit plus car les radars et sondes ne permettent pas de refléter la réalité. Hors aujourd’hui, les conséquences de l’urbanisation laissent des traces qui peuvent être irréparables pour les calanques. Il faut donc prendre tout en main.

Les objectifs de ces actions restent tournés sur la préservation de la dynamique des lieux, sur le désaménagement de certains espaces au cœur du parc et aussi le traitement des espaces frontaliers à Marseille.

A long terme, il pourrait y avoir des changements assez radicaux sur l’utilisation des ports de plaisance, des règlementations de navigation ou encore des espaces de mouillages.

Quels sont les obstacles à la mise en place des actions ?

Bien sûr, cela ne va pas sans rencontrer des problèmes. Si aujourd’hui les calanques ont une telle popularité, c’est pour la beauté des lieux. Mais face à cela, ce sont les activités touristiques qui détruisent petit à petit le parc national. Quand on voit des gros yachts stationnés en mouillage dans ces espaces, les dégâts sont de taille : déchets, pollution… Les zones de Cassis et de Callelongue sont très touchées par cela.

Alors même si cela peut être un coup dur pour le tourisme, il reste primordial de préserver cette richesse naturelle. Quand on regarde les chiffres de la pollution sur les dernières années, on prend réellement en conscience le mal qui touche le littoral. Chaque année, ce sont des dizaines d’espèces qui disparaissent, et la flore marine et terrestre est également touchée. Il faut agir vite !